0 805 692 013

Retraite & Vie active


Pourquoi travailler à la retraite ?

L’amélioration de l’espérance de vie, les progrès de la médecine facilitent la poursuite d’une activité après le départ à la retraite. Les motivations sont nombreuses :

  • la volonté de conserver un niveau de vie, la pension de retraite n’étant pas suffisante pour garantir celui-ci
  • le plaisir de pratiquer une activité que l’on aime
  • le désir d’être utile à travers des associations ou de faire profiter de son expérience
  • la peur de ne savoir que faire, de perdre des liens et de déprimer….
Retraite et vie active

Du changement depuis le 1er janvier 2015

Depuis le 1er janvier 2015, le cumul de la retraite avec une activité rémunérée n’ouvre plus de droits supplémentaires à la retraite.

Autrement dit, les personnes qui toucheraient leur retraite tout en travaillant, cotiseraient au RSI à fonds perdu pour eux-mêmes.

La reprise d’activité entraine toujours le versement de cotisations vieillesse sans procurer de nouveaux droits, auprès d’aucun régime légal, qu’il soit de base ou complémentaire, salarié ou non salarié.

Ceux qui étaient déjà en situation de cumul emploi-retraite au 31 janvier 2014  ne sont pas concernées et continuent à acquérir de nouveaux droits.

Montant moyen des pensions de retraite

1 288 euros *

* sources : DREES 2012

 

 

 

Anticiper une retraite active

Choisir son statut


Le poursuite d’une activité à la retraite nécessite le choix du statut approprié. Chaque cas est particulier, cependant parmi ceux qui se mettent à leur compte à la retraite, on retrouve le plus souvent les statuts suivants :

  • auto-entrepreneur : le plus populaire des statuts car le plus simple à mettre en oeuvre. Il ne nécessite pas de comptable sauf pour les plus rétifs au chiffres. Il a un inconvénient, on ne peut dépasser, selon l’activité exercée (service ou marchand) un certain chiffre d’affaire. De plus, ce n’est pas le plus optimale pour la fiscalité. Il est conseillé pour les personnes qui ne souhaitent développer qu’une activité d’appoint.
  • EURL-SARL : c’est la création d’une véritable société. Si cela rebute certains, c’est beaucoup plus simple qu’on le  croit. Il n’y a pas besoin de disposer d’un capital important et de nombreux statuts sont disponibles gratuitement sur internet. Il faut envisager des frais comptable, une assurance civile professionnel, un compte bancaire professionnel et la cotisation aux minima sociaux. En contre-partie, il offre des possibilités d’optimisation fiscales non négligeables et la possibilité de revente de sa société.

Le financement


De combien avez-vous besoin pour exercer votre activité à la retraite. C’est un point très important à anticiper en tenant compte dès à présent de vos besoins vitaux ainsi que de vos ressource anticipées à la retraite : le montant de votre pension.

  • Prévoir un placement qui soit liquide au moment de la retraite pour que vous puissiez le récupérer pour développer vote nouvelle activité.
  • Anticiper un prêt avant d’avoir un âge qui rende le coût d’un emprunt et de son assurance prohibitif.

 

La mutuelle


Ce point concerne surtout les salariés qui bénéficient d’une mutuelle. En effet, ils bénéficient d’une complémentaire santé payée en partie par leur société. Aussi, s’il est généralement possible de conserver la mutuelle en ayant quitter la société, il est primordial de se renseigner sur le coût supporté une fois à la retraite.

De plus, il est important de comparer les prestations incluses, certaine n’étant plus nécessaire et d’autres pas toujours adaptée à une retraite active.